Comment vaincre la peur des coups en sport de combat ?

Recevoir un coup au visage, sur le corps ou dans les jambes ne fait pas partie des choses naturelles de la vie : c’est une expérience qui, bien qu’elle soit normale dans la pratique des arts martiaux, va à l’encontre de l’instinct de préservation commun à tout un chacun.

C’est pourquoi, devant l’éventualité de recevoir un coup, la peur se forme instinctivement. Cette peur de se faire frapper peut vous figer, vous rendre moins confiant et vous empêche de réaliser notre potentiel sportif.

Durant un combat ou une séance de sparring, il est très facile de repérer une personne qui a peur des coups : ses mouvements deviennent limités, son corps se rétracte et les réactions répétées durant les entraînements ne sont plus appliquées.

À l’inverse, un combattant qui n’a pas peur expose sa confiance, bouge beaucoup et ses mouvements sont fluides. Plus vous êtes capables de surmonter votre peur de recevoir des coups et d’être blessé, que ce soit le corps ou l’ego, plus vous serez en mesure d’être performants durant un combat.

C’est pourquoi il est important d’exploiter cet aspect douloureux du sport de combat que vous pratiquez pour en tirer d’autres avantages, à savoir une bonne forme physique, la confiance en soi, la résilience et le respect des autres sportifs.

Recevoir des coups en sport de combat : une constante à intégrer dans l’entraînement

Lorsque vous choisissez de pratiquer un sport de combat, vous acceptez automatiquement le fait que vous allez inévitablement recevoir des coups. Mais si vous êtes constamment en mouvement, si vous êtes rapide et si vous ripostez, vous oublierez d’avoir peur parce que votre esprit sera trop occupé à essayer d’éviter le prochain coup tout en préparant la prochaine attaque.

C’est pourquoi la meilleure façon d’éliminer la peur de se faire frapper est de s’entraîner à réagir aux coups et de simuler vos blocages et vos esquives.

Les exercices de blocage et d’esquives

L’étape la plus fondamentale pour vaincre la peur est de travailler sur les bases. Vous devez vous entraîner à réaliser des esquives et des blocages jusqu’à ce que ces mouvements deviennent naturels. Des mois, voire des années d’entraînement pourront être nécessaires pour que vous puissiez faire ces mouvements sans réfléchir.

Afin d’accélérer votre apprentissage, choisissez une ou deux esquives ou blocages uniquement et appliquez-les autant que possible dans votre entraînement. En concentrant votre attention sur un ou deux mouvements de défense, vous connaîtrez très rapidement les limites de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas beaucoup plus rapidement que si vous essayez d’apprendre 20 mouvements en même temps.

Une façon très courante de surmonter la peur de prendre des coups est l’exposition contrôlée. Les bâtons de coaching sont un excellent outil pour vous entraîner à esquiver et à bloquer les coups. Votre partenaire d’entraînement devra s’assurer qu’il vous pousse suffisamment afin que vous puissiez arriver aux limites de vos capacités. Si votre partenaire est trop lent ou trop évident dans ses frappes, vous n’apprendrez rien. À l’inverse, si votre partenaire ne fait que vous frapper sans arrêt, vous n’apprendrez rien non plus. Une partie importante de cet exercice consiste à se faire frapper, et à se faire frapper souvent. C’est un moyen d’indiquer à votre cerveau lorsque vous êtes trop lent, que vous avez esquivé de la mauvaise manière ou que vous n’avez pas fait attention à un coup potentiel.

Après un certain temps, vous commencerez à connaître vos capacités et ce dont vous êtes capable.

Prendre des coups avec des protections ou derrière le sac

Entraînez-vous à vous faire frapper par vos partenaires de préférence avec des coups contrôlés. Les jabs et crochets, les coups de pied latéraux et poussés sont autant de bons outils d’entraînement.

Une des façons de procéder est de se tenir derrière un sac de frappe et de laisser votre partenaire frapper. Ses frappes doivent être contrôlées au début et augmenter lentement en vitesse et en puissance. En vous tenant derrière le tapis ou le sac de frappe, vous aurez une idée de la force qui s’y cache. Parfois, la peur de ne pas savoir ce qui se passe lorsqu’on est frappé est plus effrayante que le fait d’être frappé. C’est pourquoi, il est important de ressentir la force d’un coup afin de vous familiariser avec.

Une autre façon plus avancée de vous entraîner est de vous placer devant votre partenaire et de lui demander de vous frapper légèrement. Le but n’est pas de faire mal, mais plutôt de ressentir la sensation d’un pied sur votre poitrine ou d’un tibia sur vos côtes. Un casque de protection peut également être utile pour pour ressentir la force d’un coup tout en atténuant la douleur.

Peur des coups lors d'un entraînement de sport de combat

Quelques conseils pratiques

Lorsque vous vous entraînez avec une personne d’un niveau bien plus élevé que le vôtre, faites attention à la puissance et l’intensité de vos coups. Plus la force utilisée est importante, plus vous indiquez à votre partenaire que vous pouvez recevoir des coups plus durs et plus rapides.

La simulation des coups

Afin de réduire le réflexe de sursaut et de s’habituer à vaincre la peur des coups en pleine figure, placez vous devant votre partenaire d’entraînement et baissez vos mains et votre menton. Votre partenaire doit alors porter des coups de poing devant votre visage et votre corps. D’abord lentement, puis rapidement. Essayez donc de ne pas cligner des yeux chaque fois que le coup s’approche.

Ne vous arrêtez pas de bouger !

Une façon pratique pour les débutants de vaincre la peur des coups est d’apprendre à bouger sans crainte : les attaques doivent être lancées sans hésitation et les mouvements doivent être exécutés sans réfléchir. Cela prend du temps, mais progresser est une question de longue haleine.

Lorsque vous vous rapprochez de votre adversaire, maintenez votre garde. Lorsque vous êtes hors de portée, vous ne pouvez pas être touché. N’hésitez donc pas à vous tenir droit et à vous déplacer librement.

Contrôlez votre vitesse de frappe

Il est également important de pratiquer votre entraînement à différentes vitesses. Chronométrez-vous pendant 30 secondes à un rythme lent, moyen et rapide. Pratiquez les mouvements fondamentaux et les frappes à des vitesses rapides. Voyez combien de coups de pied et de poings vous pouvez faire en 10 secondes comme mesure de référence.

Après quelques séries d’exercices, vous devriez vous sentir plus confiant en vous déplaçant à un rythme plus rapide. Continuez cet entraînement jusqu’à ce que vous ressentez un sentiment de contrôle, même lorsque vous donnez des coups de poing et de pied aussi forts et rapides que vous le pouvez.

Enfin, simplifiez vos mouvements à mesure que les choses s’accélèrent. Quand le combat devient rapide, vous devez simplifier vos options de mouvement. Oubliez les enchaînements compliqués que vous pouvez à peine exécuter. Lorsque les choses deviennent rapides et difficiles, rappelez-vous les mouvements que vous avez appris pendant votre première semaine de cours.

Ces exercices sont conçus pour vous aider à vaincre votre peur de recevoir des coups et à avancer dans votre entraînement. Il est toutefois très important de maîtriser ses postures de défense, les bases ainsi que les mouvements de frappe avant de vous lancer dans cette étape.